TOUR DE FRANCE

Version imprimable de cet article Version imprimable

Rachid Djaidani, France, 2016, 1h35

Résumé :

Far’Hook est un jeune rappeur de 20 ans. Suite à un règlement de compte, il est obligé de quitter Paris pour quelques temps. Son producteur, Bilal, lui propose alors de prendre sa place et d’accompagner son père Serge faire le tour des ports de France sur les traces du peintre Joseph Vernet.
Malgré le choc des générations et des cultures, une amitié improbable va se nouer entre ce rappeur plein de promesses et ce maçon du Nord de la France au cours d’un périple qui les mènera à Marseille pour un concert final, celui de la réconciliation.

FICHE PEDAGOGIQUE

Télécharger la fiche en pdf

Thématique abordée : Comment en vit au quotidien quand on est devenu minoritaire dans son quartier ? autrement dit, comment un français moyen peut facilement devenir un raciste ordinaire …

Objectif de la fiche :

Cette fiche a pour objectif de travailler la notion de « minoritaire » en partant d’un des personnages du film, Serge, français de souche , devenu minoritaire dans son quartier.

Activité 1  : à la découverte de l’environnement des participants du groupe, de leur quartier, de leur environnement de vie.

Travail en duos. Chaque membre du duo raconte son environnement social à l’autre.

Questions :

  • Quelle est ton origine ? quelle est ta nationalité ?
  • Où habites-tu ? dans quelle commune habites-tu ?
  • Etes-vous plusieurs de ton origine dans ta rue, dans ton quartier ? dans ton pâté de maisons, dans ton immeuble ?
  • Y a-t-il des personnes d’autres origines dans ta rue, dans ton quartier, dans ton pâté de maisons, dans ton immeuble ?
  • Est-ce qu’il y a une épicerie, une boucherie, une boulangerie près de chez toi ? De quelle origine est l’épicier ? le boucher ? le boulanger ?
  • Si tu as des enfants, est-ce que leur école est près de chez toi ?
  • De quelles nationalités sont les élèves de la classe de tes enfants ?

Mise en commun en grand groupe. Chaque membre du duo présente l’autre.
Le formateur prend note.

Activité 2 : mes voisins

Télécharger le pdf des visages en noir et blanc.

En un deuxième temps de mise en commun, faire un focus sur les différentes origines représentées dans le quartier de chaque participant pour aborder la question des minorités et des majorités.

Pour ce faire, le formateur posera à nouveau les deux questions suivantes :

  • Etes-vous plusieurs de ton origine dans ta rue, dans ton quartier ? dans ton pâté de maisons, dans ton immeuble ?
  • Y a-t-il des personnes d’autres origines dans ta rue, dans ton quartier, dans ton pâté de maisons, dans ton immeuble ?

Pour traiter les réponses, le formateur distribuera à chaque participant une feuille où des visages sont représentés en noir et blanc sur plusieurs lignes. Il distribuera aussi des crayons de couleurs à chacun.

Chaque ligne de figures représentera une origine, une nationalité.

Chaque participant attribuera à chaque ligne représentant une origine/nationalité une couleur. Les participants colorieront le nombre de figures représentant de voisins de telle et telle nationalté/origine /ligne.

Quand les participants auront terminé, chacun aura la représentation de son quartier, de sa rue, de son immeuble par nationalité/origine.

Il sera alors facile en observant de voir quelles sont les origines majoritaires, et quelles sont les origines minoritaires.


Activité 3 : les personnages principaux du film : Far’Hook

Séquence 1 :

Minutage : 00.38 → 02.24

Far’Hook est dans une cité, dehors, au pied d’un immeuble, avec ses amis.
Le formateur invite les participants à observer et relever tous les indices qu’ils voient pour pouvoir répondre aux questions et de donner un maximum de caractéristiques dans leur réponse.

  • Qui sont-ils ?
  • Où est-ce que ça se passe ? (détailler la réponse : quartier, quartier populaire, cité, milieu populaire, …)
  • Qu’est-ce qui se passe ?
  • Que fait le jeune avec la casquette ?

Séquence 2 :

Minutage : 02.45 → 03.36

On visionne la séquence où Far’Hook rencontre une autre bande, dans Paris. La séquence débute quand « Sphynx » demande une photo, et se termine quand « Sphynx », après le refus de photo, menace Far’Hook et lui dit « le rap pour toi c’est mort, Sur ma vie, je vais te fumer ».

Activité 4 : les personnages principaux du film : Serge

Séquence 1 :

Far’Hook est dans le train, et une voix annonce « Mesdames et Messieurs, dans quelques instant notre train arrivera en gare d’Arras. La séquence se termine quand Serge dit a Far’Hook « Entre ».

Minutage : 06.40 → 09.02

Séquence 2 :

Far’Hook rentre chez Serge, il enlève ses chaussures. La séquence se termine quand Serge et Far’Hook quittent la maison de Serge, chargés de bagages et se dirigent vers une vieille camionnette. Far’Hook dit « putain, on va partir avec ça »

Minutage : 09.02 → 10.52

Après la vision de ces séquences, en sous-groupes, les participants répondent aux questions :

Qui sont ces personnages ?

  • Où est-ce que ça se passe ? (détailler la réponse : quartier, quartier populaire, cité, milieu populaire, …)
  • Qu’est-ce qui se passe ?
  • Pourquoi se retrouvent-ils ?
  • A votre avis, où vont-ils ?

Activité 5 : On découvre que Serge est minoritaire dans son quartier

On visionne une séquence ou Serge explique qu’il est minoritaire dans son quartier.

La séquence débute quand Serge explique « la discrimination, moi aussi je la subis dans ma cité. Elle se termine quand Serge dit : « pourquoi pas me convertir à l’Islam tant que tu y es, pour être dans le coup ».

Minutage : 20.13 → 20.32

Pour s’assurer que les participants ont bien compris ce qui se dit dans cette séquence, le formateur en travaillera la compréhension en s’appuyant sur sa retranscription.

Activité 6 : travail sur la définition de majorité/minorité

Si les participants sont lecteurs, ils feront une recherche au dictionnaire par eux-mêmes.

S’ils ne sont pas lecteurs, c’est le formateur qui lira les définitions et veillera à ce que les participants aient compris ce que le terme « minoritaire » signifie à la fois dans les paroles de Serge et dans le travail que les participants ont fait lors de l’activité.

Que dit le dictionnaire ?

Le Robert Junior de Poche

  • Majorité : le plus grand nombre de voix dans une élection. Ce candidat a obtenu la majorité. La majorité des Français prend ses vacances en août. (la plupart des français …)
  • Majoritaire  : qui fait partie d’une majorité, qui a la majorité
    - 
  • Minorité  : Très petit nombre. Ce film n’intéressera qu’une minorité de spectateurs.
  • Minoritaire  : qui appartient à une minorité, qui représente peu de personnes.

Le Robert Micro

  • Majorité : Groupement de voix qui l’emporte par le nombre, dans un vote. Le plus grand nombre. Assemblée composée en majorité d’avocats. La majorité des Français, les Français dans leur immense majorité …
  • Majoritaire : qui fait partie d’une majorité ou détient la majorité.ire : qui fait partie d’une majorité ou détient la majorité.
  • Minorité : Ils sont en minorité. Une minorité de .., le très petit nombre, dans la minorité des cas, Groupe englobé dans une collectivité plus importante. Minorités ethniques. Droits des minorités.
  • Minoritaire : De la minorité, groupe, tendance minoritaire

Le Petit Larousse illustré

Majorité : le plus grand nombre, la plus grande partie : il y a une majorité de filles dans la classe.

  • Majoritaire  : qui appartient à la majorité, qui s’appuie sur une majorité
  • Minorité  : Ensemble de personnes, de choses, inférieures en nombre par rapport à un autre ensemble. Groupe de personnes réunissant le moins de voix au cours d’un vote. Ensemble de personnes qui se différencient au sein d’un même groupe, minorité nationale : groupe se distinguant de la majorité de la population par ses particularités ethniques, sa religion, sa langue ou ses traditions.
  • Minoritaire : qui appartient à la minorité.

Les participants reprendront la feuille des visages coloriés des habitants de leur quartier dans l’activité 2.

ON VA VOIR LE FILM

APRES LA VISION DU FILM

Activité 7 : retour sur la projection

En grand groupe, on se raconte le film, on exprime ses émotions après avoir vu le film.

Activité 8 : focus sur Serge.

Après avoir vu le film, le formateur invite les participants à retracer de mémoire les éléments marquants de la vie de Serge, des explications au pourquoi il est devenu comme il est.

Activité 8 : Poursuite du travail sur Serge

On va visionner de plusieurs séquences.

  • Séquence 1 : Echange entre Far’Hook et Serge. La séquence débute quand Far’hook dit à Serge : « elle dit vraiment de la merde votre radio », et se termine quand il dit « ils ont bien raison, ils prennent leur ponion ».

Minutage : 29.44 → 30.33

  • Séquence 2 : Serge parle à Far’Hook de son fils Bilal, de la promesse qu’il a faite à sa femme de faire le tour de France avec lui.

La séquence débute quand Serge dit « il voulait que sa mère lui fasse de la bouffe hallal. Elle termine quand il dit « il lui a promis de faire le tour de France avec moi. Il a pas tenu sa promesse.

Minutage : 35.25 →36.15

  • Séquence 3 : Serge explique pourquoi il a été en prison, la fermeture de l’usine, l’incendie. La séquence débute quand Serge et Far’Hook sont dans une cellule. Far’Hook dit « merci, vraiment merci. C’est la première fois qu’un blanc prend ma défense. ». Elle se termine quand Serge dit « Tout est parti en fumée, je ne regrette rien ».

Minutage : 44.53 → 45.42

-* Séquence 4 : Serge et Far’Hook se confrontent.

La séquence débute quand Far’Hook dit à Serge « vous croyez que j’ai peur de
vous ? » et se termine quand Far’Hook dit « parce qu’ils vous ressemblent »

Minutage : 52.05 → 52.26

Après la vision de ces 4 séquences, en sous-groupes les participants cherchent des explications aux attitudes de Serge, notamment à son rejet des Musulmans.
Mise en commun en grand groupe.

Activité 9 : Travail sur les points communs entre Serge et Far’Hook, sur ce qui les rapproche.

En grand groupe, les participants citent les points communs entre les deux personnages. Pour mémoire :

  • Ils habitent tous les deux dans une cité
  • Ils aiment la musique, ils chantent tous les deux
  • Ils connaissent tous les deux Bilal
  • Ils font le tour de France ensemble et apprennent à se connaître
  • Far’Hook fait réparer de la cassette où Serge et sa femme chantent ensemble
  • Serge apprend à Far’Hook à préparer une toile.
  • Etc …

Activité 10 : Après le concert et le tour de France, Serge rentre chez lui dans son quartier.

On visionne la séquence où Serge rentre chez lui, et croise un de ses voisins en rue.

Minutage : 1.26.04 → 1.26.44

La séquence débute quand un voisin dit à Serg « Monsieur, vous pourriez donner ça à votre fils, Bilal » et se termine quand Serge lui répond « Oui, je vais essayer ».
Après la vision de cette séquence en sous-groupes les participants relèvent ce qui a changé dans l’attitude de Serge et de ses voisins. Ils expliquent les causes de ces changements.

Mise en commun en grand groupe.

Activité 12 : retour sur l’activité 2 « Mes voisins »

Les participants reprennent la feuille qu’ils ont complétée à l’activité 2 (figures coloriées).

Ils observent leur feuille et partent à la recherche de la personne minoritaire de leur quartier, maison, etc … du Serge de leur quartier.
Ils imaginent ce qu’ils pourraient faire, dire à ce Serge de leur quartier pour qu’il soit pris en compte, se sente moins seul, ne se sente plus minoritaire mais accepté. ….

APPROFONDISSEMENTS

AUTOUR DE JOSEPH VERNET

APPROFONDISSEMENTS

Le Musée de la Marine lui a consacré un site très riche et très complet
http://www.musee-marine.fr/programmes_multimedia/vernet/index.swf

Joseph Vernet

source : Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Vues_des_ports_de_France

Contexte

Joseph Vernet naît à Avignon en 1714. Il serait formé par les peintres Adrien Manglard et Philippe Sauvan et s’installe à Rome en 1734 pour y étudier le travail des précédents paysagistes et peintres de marines.

En Italie, il s’assure un solide réseau international. En particulier, il y fait la connaissance d’Abel-François Poisson de Vandières, futur marquis de Marigny et frère de madame de Pompadour, maîtresse du roi Louis XV. Il rentre en France en 1753.

Commande

En 1753, Abel-François Poisson de Vandières propose à Louis XV de faire réaliser par Joseph Vernet une série de tableaux illustrant les différents ports de France et glorifiant leurs richesses. Vernet reçoit ainsi commande de 24 tableaux, payés chacun 6 000 livres. Pour chaque tableau, Vernet reçoit un cahier des charges
précis ; on lui demande ainsi de représenter au premier plan les activités spécifiques à la région.

Entre 1753 et 1765, Joseph Vernet se déplace dans dix ports : Marseille, Bandol, Toulon, Antibes, Sète, Bordeaux, Bayonne, La Rochelle, Rochefort et Dieppe. Il en réalise au total quinze tableaux, la commande restant inachevée.

Impact

À leur réalisation, les quinze tableaux sont exposés à Paris au Salon de peinture et de sculpture. Joseph Vernet en fait imprimer de longues descriptions, dans un but didactique.

Leur diffusion est assurée à partir de 1758 par une série d’estampes gravées par Charles-Nicolas Cochin et Jacques-Philippe Le Bas ; ces estampes rencontrent un grand succès et sont retirées plusieurs fois.

Après cette commande, Joseph Vernet peut vendre très avantageusement ses marines, « au poids de l’or » si l’on en croit Pierre-Jean Mariette.

De fait, la liste de ses commanditaires est aussi variée et internationale que prestigieuse ; elle comprend, entre autres figures célèbres, Catherine II.

En 1791, Jean-François Hue, élève de Vernet, se voit confier la tâche de terminer la série : entre 1792 et 1798, il exécute une série de six tableaux sur le thème des ports de Bretagne.

En 1793, la série des ports de France fait partie des premières œuvres exposées dans le nouveau Museum Central des Arts, futur Musée du Louvre.

Néanmoins, entre 1803 et 1820, les Ports sont exposées au musée du Luxembourg.

En 1943, le secrétaire d’état à la Marine demande l’attribution des tableaux au musée national de la Marine. Treize y sont attribués, les deux derniers restant au Louvre.

Tableaux

Les 15 tableaux sont des peintures à l’huile sur toile, de dimensions identiques : 165 cm de hauteur sur 263 cm de longueur. 13 sont conservées au musée national de la Marine, à Paris ; les deux de rnières sont exposées au musée du Louvre.

AUTOUR DU RAP

Le rap, c’est quoi ?

Source : https://fr.vikidia.org/wiki/Rap

Inspiré de la soul et de la funk, le rap est une forme de chanson populaire, scandée sur un rythme saccadé et répétitif. Les textes d’un rappeur sont en général engagés et peuvent évoquer les thèmes de la pauvreté, de la drogue ou des trafics dans les cités.

La rappeuse Diam’s

L’accompagnement musical est souvent fourni par des échantillons (en anglais samples), c’est-à-dire des extraits de morceaux déjà existants éventuellement déformés par des techniques de scratch consistant à manipuler avec la main le disque sur lequel figure le morceau réutilisé. Il est rare de rencontrer des instrumentistes dans ces groupes.
Les rappeurs utilisent plusieurs codes sociaux pour donner de l’ampleur à leurs textes et se faire remarquer comme leur langage ou leur tenue vestimentaire.
Le rap est une sous catégorie du hip-hop, mode de vie dont la musique n’est qu’un aspect parmi d’autres comme le breakdance ou encore tout ce qui concerne la peinture avec les graffitis et les tags

On écoute un peu de rap ….

Course contre la honte : grand corps malade

https://www.youtube.com/watch?v=25MoY4KMow8&feature=youtu.be

MC SOLAR pleure

https://www.youtube.com/watch?v=gkgKSBsx51o

Fuck la Terre, si je meurs voici mon testament :
Déposez des cendres dans la bouche de tous nos opposants
Virez à coup d’front kick les faux qui viennent se recueillir
J’veux des fleurs et des gosses, que ma mort serve leur avenir
Peut-être comprendront-ils le sens du sacrifice
La différence entre les valeurs et puis l’artifice
Je sais qui pleurera et pourquoi. Vous êtes les bienvenus
Y’aura pas de parvenus, juste des gens de la rue
La presse people n’aura que des smicards et des sans-papiers
Des costumes mal taillés, même si les mecs voulaient bien s’habiller
Ci-gît : M’Barali Claude. Initiales : MC
Un p’tit qui a voulu qu’la vie d’autrui soit comme une poésie
Et surtout va pas croire qu’y aura dix milles filles
Je dis ça pour ma famille, je n’étais pas parti en vrille
On me jette de la Terre, on dépose quelques fleurs
Seul sous son saule pleureur : Solaar Pleure

[Refrain]

Solaar il est l’heure
Ecoute Solaar pleure
Solaar il est l’heure
Ecoute Solaar pleure

[Couplet 2]
Mon âme monte, je vous vois en contre-plongée
C’est ceux qui sont déjà partis que je m’en vais retrouver
Ne vous inquiétez pas, non, je pars pour le paradis
Pas pour parader mais professer la septième prophétie
J’ai tenu tête aux maîtres, aux prêtres, aux traîtres
Aux faux-culs sans cortex qui dansent encore le funky jerk
Si c’est toi, courbe-toi, marche profil bas et tais-toi
Recherche une aura sinon va, tiens ! gomme-toi
Excusez pour le mal que j’ai pu faire, il est involontaire
J’ai été mercenaire, plutôt que missionnaire
Je regrette, et pour être honnête je souhaite que Dieu me fouette
Dieu, Tu es la lettre, il faut que l’on Te respecte
Archange, comprends-moi au nom du père
Certains me trouvent exceptionnel mais j’ai pas fait l’élémentaire
Le mic’ pleure, la feuille pleure, le bic pleure
Et sous le saule pleureur : Solaar pleure

JoeyStarr - Métèque

https://www.youtube.com/watch?v=Up5oEw55QO4

Avec ma gueule de métèque
Ma ganache de nègre errant
Toujours aussi réfractaire à vouloir rentrer dans le rang
Avec vous je serai franc, franc au possible
Dans l’rang impossible votre morale au crible
Qu’on me déleste de mon ego
Ça me rend psycho, j’sors les crocs

Ça me rend psycho dans mon flow et là il y a plus d’idéaux
Et donc je deviens accro à la suffisance, la violence
Et là pour vous brave gens, ah c’en est trop
Avec ma gueule de métèque mon œil de prédateur
En phase avec son temps, j’ai poussé sans tuteur
Poussé comme une mauvaise herbe
Comme un môme Croate ou Serbe
Qu’on me dit que mon attitude fout la gerbe
C’est la merde, c’est la merde

Avec ma gueule de métèque rafistolée qui s’est bastonné
A qui on a pris tout volé si peu donné
J’ai pris des branlées par un père déserteur
Au point d’espérer qu’en enfer il y ait du bonheur
La perception atrophiée
Et c’est pas votre moralité qui m’a habillé
Parce qu’anormal est l’isolement dans lequel j’ai pu nager
Dans lequel on m’a plongé
Auquel personne n’a jamais voulu rien changer
Avec ma gueule de métèque abreuvé par la passion
Mon sacerdoce est ma mission et si récompense il y a
Mon cœur me guide au trépas
Rien n’est acquis je l’ai toujours dit
Ça m’inquiète pas


Avec le soutien de :