La source des femmes

Version imprimable de cet article Version imprimable

Résumé du film

Cela se passe de nos jours dans un petit village, quelque part entre l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient. Les femmes vont chercher l’eau à la source, en haut de la montagne, sous un soleil de plomb, et ce depuis la nuit des temps. Leila, une jeune femme enceinte, chute en revenant de la source et fait une fausse-couche. Cet événement lui fait réfléchir à la condition des femmes et s’évertuera dès lors de persuader les autres femmes du village que c’est aux hommes qu’incombe la pénible tâche de chercher l’eau à la source dans la montagne. Pour arriver à leur fin, les femmes décident de faire la grève de l’amour : plus de câlins, plus de sexe tant que les hommes n’apportent pas l’eau au village.

Radu MIHAILEANU, 2h04, France/Belgique/Italie/Maroc, 2011

Fiche pédagogique

Télécharger le dossier pédagogique en pdf

Télécharger les photos des personnages

Angle d’attaque : « Nos batailles comme source de changements …"

INFORMATION PRATIQUE : tous les minutages sont calculés avec le logiciel VLC.

Avant d’aller voir le film

Avant de travailler directement le film et son contenu, nous avons choisi d’aborder la thématique des combats que nous avons peut être menés seuls ou collectivement.

Activité 1 : travail à partir d’un photo-langage.

Est-ce que vous vous êtes déjà battu, seul ou avec d’autres, pur faire changer des choses ?

Le formateur dispose des photos sur une table (le formateur aura regroupé des photos symbolisant des combats, des causes, des conditions qui ont été combattues)

Les participants observent les photos et en choisissent une ou plusieurs qui représente(nt) la ou les bataille(s) qu’ils ont menées dans leur vie.

Chaque participant présente sa (ou ses) photos, en suivant les consignes :

  • Pourquoi vous vous êtes battu(e) ?
  • Comment vous êtes-vous battu(e) ?

Le formateur prend note des récits sur une grande feuille.

Activité 2 : Pour entrer dans la compréhension du film.

On entre dans le film en essayant de comprendre pour quoi les personnages du film vont se battre.

On regarde la séquence du film qui se passe dans le hammam. On arrête la vision à « …Tais-toi l’étrangère »

Minutage : 11 :39 -) 12 :11

Si nécessaire, repasser l’extrait.

On peut aussi lire avec les apprenants la séquence retranscrite ci-dessous :

« … Leila : un autre bébé est mort dans la montage

Fatima : Ici on ne parle pas de ça !

Leila : Si, on en parle ! Vous le savez bien, ce n’est pas la première fois que ça arrive. On le sait depuis longtemps et on fait rien. Les hommes font rien.

Leila : S’il te plaît, arrête, ça ne sert à rien.

Fatima : Si tu dis ça, c’est parce que tu ne peux pas avoir d’enfant.

Leila : C’est pas vrai !

…. Leila a perdu un enfant dans la montagne, elle aussi.

Leila : Et je ne suis pas la seule. Yasmina, Rachida, vous ne dites rien ? Moufida ?

Vous aussi, vous avez été pestiférées et accusées d’être stériles. Si un jour Dieu me donne une fille, elle ne subira pas ça.
… Tais-toi un peu, l’étrangère. »

Les participants répondent aux questions :

  • A votre avis, ça se passe où ?
  • Qu’avez-vous compris ?
  • Qui sont ces femmes ?
  • Pourquoi à votre avis tous ces enfants sont morts ?

Le formateur prend note des hypothèses sur une grande feuille.

Activité 3 : Compréhension de la thématique du film

On regarde la séquence où les femmes avancent sur le chemin de la source.

Minutage : 01 :12 -) 02 :03

Les participants répondent aux questions :

  • Qu’avez-vous compris ?
  • Cela vous aide-t-il à comprendre pourquoi ces enfants morts ?

Le formateur prend note des réponses sur une grande feuille.

Activité 4 : Identifier le combat des femmes

On regarde l’extrait où les femmes se rassemblent et posent le puits sec devant les hommes. On arrête la vision de la séquence quand on voit la traduction de la banderole.

Minutage : 01 :18 :15 -) +/- 01 :20 :37

Les participants répondent à la question :

« Quel est le combat mené par ces femmes ? »

Si le groupe ne trouve pas, le formateur intervient pour éclaircir.

Le formateur prend note des hypothèses.

Activité 5 : des pistes pour y arriver.

Pour cette phase si votre groupe est mixte, constituez deux sous-groupes :

  • un groupe rassemblant les femmes
  • un groupe rassemblant les hommes

Si votre groupe est constitué uniquement de femmes, travaillez uniquement la question posée aux femmes.

Question posée aux femmes :

  • A leur place, comment feriez-vous pour y arriver ?

Question posée aux hommes :

  • Que pensez-vous qu’elles vont faire ?

Le formateur note les moyens d’action proposés sur une grande feuille.

Activité 6

On visionne l’extrait où Leila écrit « grève de l’amour » sur le mur.

Minutage : 50.37 -) 50.52

Les participants répondent à la question :

  • A votre avis, qu’est-ce que ça veut concrètement dire ?

Le formateur prend note des hypothèses sur une grande feuille.

Ensuite, pour s’assurer que les participants comprennent que le film est inspiré d’un fait réel, en groupe on lit un ou plusieurs articles repris ci-dessous qui racontent tous un fait historique qui a utilisé ce moyen de pression.

Une idée qui remonte à l’Antiquité

Dans sa comédie Lysistrata, le dramaturge grec Aristophane est le premier à concevoir une grève du sexe, comme ultime recours des femmes pour se faire entendre. Ecrite en 411 avant J.-C., la pièce relate l’initiative de Lysistrata, une belle Athénienne qui a réussi à convaincre les femmes de toutes les cités de déclencher une grève totale, jusqu’à ce que les hommes reviennent à la raison et cessent la guerre entre Athènes et Sparte.

2002 : Grève du sexe au Liberia pour établir la paix

Lauréate du prix Nobel de la paix 2011, Leymah Gbowee lance en 2002 une grève du sexe pour obliger le régime de Charles Taylor (président du Liberia de 1997 à 2003) à associer les femmes, jusque-là écartées du processus de négociations, aux pourparlers de paix. Une pression à laquelle ne résiste pas Charles Taylor, ex-chef de guerre devenu président.

2009 : Grève du sexe au Kenya pour forcer au dialogue

"Pas de réforme, pas de sexe !", tel est le mot d’ordre du mouvement lancé, en mai 2008, au Kenya, par l’Organisation de développement des femmes, lasses de voir s’éterniser une crise politique entre le président, Mwai Kibaki, et le premier ministre, Raila Odinga.

"Les grandes décisions sont prises sur l’oreiller, donc nous demandons aux deux dames (les épouses du premier ministre et du président) lorsqu’elles se retrouvent dans l’intimité avec leurs maris, de leur demander : ’Mon chéri, peux-tu faire quelque chose pour le Kenya ?’", explique alors Patricia Nyaundi, avocate membre de l’organisation.

Très structurées, les femmes kényanes proposent même un dédommagement aux prostituées afin qu’elles s’associent au mouvement et interdisent toute échappatoire aux mâles en manque.

Pour la coalition d’ONG féminines, l’objectif de la grève est atteint : le président et le premier ministre, qui ne se parlaient pas depuis des mois, se rencontrent à plusieurs reprises.

2011 : Grève du sexe en Belgique pour exiger un gouvernement

Après l’initiative de Benoît Poelvoorde de ne plus se raser jusqu’à la mise en place d’un nouveau gouvernement, c’est au tour de la sénatrice belge Marleen Temmerman d’appeler ses compatriotes féminines à se refuser à leur homme pour sortir le pays de la crise politique. L’initiative a fait sourire, sans pour autant être prise au sérieux.

2011 : "Pas de route, pas de sexe" en Colombie

Face à la passivité des hommes, les femmes décident de faire la grève du sexe jusqu’à ce que les autorités s’engagent à construire une route pour désenclaver le petit village de Santa María del Puerto de Toledo de las Barbacoas, sur la côte Pacifique. Après trois mois de "jambes croisées", les pelleteuses débarquent dans le village.

On va voir le film

Après la vision du film

On revient sur les activités « avant le film » et le groupe vérifié ses hypothèses.

Activité 7 : Dire ses émotions sur le film

En sous-groupes, les participants répondent aux questions :

  • Quels sont les sujets du film qui vous ont touchés ?
  • Quels sont les thèmes abordés dans le film qui vous parlent ?

Ensuite, mise en commun en grand groupe.

Activité 8 :

Travail en sous-groupes :

Chaque sous-groupe reçoit 2 ou 3 photos de personnages. (voir la galerie de photos en bas de la fiche)

Le sous-groupe doit évaluer en quoi chacun de ces personnages :

  • a –t-il aidé à atteindre l’objectif ?
  • n’a-t-il pas aidé à atteindre l’objectif ?

Pour ce faire, chaque sous-groupe place chacune des photos de personnage qu’il a reçues :

  • en vis-à-vis du non,
  • en vis-à-vis du oui
  • ou d’un intermédiaire à négocier en groupe.

Remarque :

Lors de la mise en commun, chaque personnage devra se positionner par rapport aux autres personnages et par rapport aux personnages des autres sous-groupes.

Les groupes devront négocier entre eux.

Les groupes seront donc amenés à déplacer les photos de leurs personnages au cours de l’activité en fonction du travail des autres sous-groupes.

Pour pouvoir déplacer les photos sans dommage, le formateur prévoira des supports déplaçables (gommettes, scotch…).

Les personnages

  • L’immam
  • Le beau-père
  • Le mari
  • Le journaliste
  • Le sheikh
  • Le représentant du gouvernement
  • La belle-mère
  • Leila
  • Vieux Fusil
  • Loubna

Activité 9

Prendre un temps en grand groupe pour dire ce qui, au-delà des personnages, a fait bouger les choses ou au contraire a fait obstacle au changement.

(Exemples : la peur, la jalousie, la religion, une expérience de vie, ...)…

Activité 10

En grand groupe, on dresse la liste des actions accomplies par les femmes du film pour atteindre leur objectifs

Activité 11 : retour sur nos combats personnels

A partir des combats personnels menés par les participants et évoqués dans l’activité 1/avant d’aller voir le film, les participants répondent aux questions :

  • quels ont été les freins à vos combats ?
  • Qu’est-ce qui vous a aidé dans vos combats ?

Activité 11 : conclusion

En grand groupe, on se dit ou on écrit quelque chose autour de
« quels sont les moyens pour faire bouger les choses ? »
Pour ce faire, les participants :

  • se nourrissent du film,
  • des expériences personnelles,
  • de leurs connaissances.

Portfolio


Avec le soutien de :