Chocolat

Version imprimable de cet article Version imprimable

Roschdy Zem, 2015, France , 1h50

Résumé

Du cirque au théâtre, de l’anonymat à la gloire, l’incroyable destin du clown Chocolat, premier artiste noir de la scène française.
Le duo inédit qu’il forme avec Footit va rencontrer un immense succès populaire dans le Paris de la Belle époque avant que la célébrité, l’argent facile, le jeu et les discriminations n’usent leur amitié et la carrière de Chocolat.
Le film retrace l’histoire de cet artiste hors du commun.

FICHE PEDAGOGIQUE

Télécharger la fiche pédagogique en format pdf

PDF - 1 Mo

Objectifs de la fiche : Situer le racisme dans le contexte historique, idéologique, économique du film et dans le contexte actuel, nourrir une réflexion critique à propos de cette idéologie.

REMARQUE IMPORTANTE AU NIVEAU TECHNIQUE : tous les minutages indiqués dans cette fiche ont été repérés avec le logiciel de lecture gratuit « VLC ».
Si vous souhaitez le télécharger : http://vlc-media-player.org/modules/telecharge

AVANT D’ALLER VOIR LE FILM

Activité 1 : Emergence autour de « racisme »

En groupe, on visionne un clip vidéo qui traite d’une situation raciste :

  • la dame dans le tram :

https://www.youtube.com/watch?v=p-74S7xr74E&gl=BE

Après la vision du clip, en grand groupe, on le décrypte :

  • qu’est-ce qui s’est passé ?
  • Pourquoi il/elle a réagi comme ça ?

Activité 2 : poursuite de l’émergence

Premier temps :

Dans son animation, le formateur amène le groupe à nommer les comportements de rejet, les comportements racistes ou discriminatoires qui sont à l’œuvre.

Travail en sous-groupes de 3 à 5 personnes, l’animateur demande :

  • À quoi vous fait penser ce clip ?
  • Est-ce que ce clip vous rappelle une situation que vous avez vécue ou que quelqu’un vous a racontée ?
  • Racontez-la à votre tour aux autres membres de votre sous-groupe.
  • Ensuite, choisissez ensemble une seule situation, que vous jouerez devant le grand groupe.

Mise en commun en grand groupe : les sous-groupes interprètent leur situation.
Ensuite, en grand groupe on décrypte ce qu’on vient de voir :

  • Qu’est-ce qui s’est passé ?
  • Pourquoi il/elle a réagi comme ça ?

Deuxième temps

Le formateur demande aux participants, toujours en sous-groupes, de réfléchir sur d’éventuels comportements racistes qu’ils auraient eus ou ont vis-à-vis de l’une ou l’autre personne :

  • Ne sommes-nous pas parfois un peu racistes sans vraiment le vouloir ?

Racontez une situation où vous auriez fait preuve de racisme sans le vouloir aux membres de votre sous-groupe.

Le sous-groupe choisit une situation qu’il expliquera au grand groupe.

Mise en commun en grand groupe : chaque sous-groupe explique sa situation.

Après ces présentations, en grand groupe les participants décryptent ce qu’ils ont
entendu :

  • Qu’est-ce qui s’est passé ?
  • Pourquoi il/elle a réagi comme ça ?

Activité 3 : travail autour du concept de racisme. Ebauche de définition.

En grand groupe on fait une fresque autour du mot de « racisme ».

Le formateur dispose une très grande feuille sur une table.

Au fur et à mesure de l’animation, les participants écrivent des mots sur la feuille.

Différentes variantes selon le niveau des participants :

  • A quoi vous fait penser le mot « racisme » ?Le formateur prend note.
  • Chacun écrit des mots qui lui viennent à l’esprit à propos du racisme

Ensuite, en puisant dans les mots de la fresque, en sous-groupes ou en grand groupe, les participants entament la construction d’une définition du racisme à partir des débuts de phrases suivants (selon le niveau du groupe ce sont soit les participants écrivent, soit c’est le formateur qui écrit ce que se dit) :

  • Le racisme c’est ...
  • Le racisme c’est quand ...
  • Le racisme c’est parce que ...
  • Le racisme c’est pour ...

Le formateur prend note de ce qui se dit, ou conserve les écrits des participants (nous poursuivrons le travail de construction plus tard dans les activités).

Activité 4 : En guise d’introduction à la thématique du film :

On visionne une première séquence du film au cours de laquelle on voit le premier numéro de cirque de Chocolat, dans le petit cirque de ses débuts.

Au cours de cette séquence, on perçoit immédiatement la perception des Européens vis-à-vis des Africains.

Minutage : 0.5.10 → 06.12 (la séquence débute quand le présentateur annonce le numéro « à présent, Mesdames et Messieurs … » et se termine quand le présentateur dit « celui qui parle le mieux notre langue n’est pas celui qu’on croit, c’est le singe … »

Après la vision de cette séquence, en grand groupe, le formateur demande aux participants :

  • Qu’est-ce qui se dit dans cette séquence ?
  • Où pensez-vous que cela se passe ?
  • Est-ce que cette attraction est actuelle ?
  • Où et quand est-ce que ça se passe ? (relevez les indices sur le lieu et l’époque)

Activité 5 : première approche de la problématique abordée dans le film

On visionne sans son la séquence suivante :

Minutage : 59.52 → 1.01.57 (la séquence débute par la vision de plusieurs personnages assis dans un bureau et une voix off qui dit « nous espérons très prochainement …. » et se termine Chocolat quitte la pièce et dit « …. redonnez une forme humaine à mon visage »)

Après la vision de la séquence, le formateur demande aux participants :

  • Qu’est-ce qui se passe selon vous ?
  • De quoi parlent-ils ?
  • Imaginez un dialogue.

Le formateur prend note des réponses. (on vérifiera les hypothèses plus tard dans l’animation après la vision du film).

Activité 6 : Travail autour de l’affiche publicitaire

Télécharger le pdf des affiches publicitaires PDF - 174 ko

Le formateur aura imprimé les illustrations suivantes en grand plusieurs exemplaires.

Travail en sous-groupes ou en duos.

Chaque sous-groupe ou duo reçoit un exemplaire des deux illustrations .

Après observation minutieuse de chaque illustration (si nécessaire, le formateur lira en tous cas ce qui écrit sur l’affiche des clowns), les participants se prononcent sur les questions suivantes pour chacune :

  • Quand est-ce que ça se passe selon vous ?
  • De quand datent ces affiches/photos ?
  • Qu’est-ce que vous voyez ?
  • Qu’est-ce qui se passe ?
  • Ce sont des affiches pour quoi ? A quoi servent ces affiches ?
  • Le formateur prend note. Nous reviendrons sur les hypothèses apportées dans une activité prévue après la vision du film.

Après cette activité, le formateur reprend les phrases que les participants ont construites à l’activité 3 (ébauche de définition) et demande aux participants :

  • voulez-vous modifier quelque chose ?
  • voulez-vous ajouter quelque chose ?

Le formateur prend note des modifications apportées.

Activité 7 : Travail autour du cirque

On visionne deux séquences où on voit un des numéros du duo de clowns. Le formateur invite les participants à bien observer les deux personnages, leurs attitudes, pour pouvoir répondre à quelques questions après la vision de la séquence (vous pouvez visionner plusieurs fois ces deux séquences si nécessaire) :

Minutage séquence 1 : 09.55 → 11.44 (la scène débute quand Chocolat et Foottit s’exercent dans un champ et se termine quand Foottit et Chocolat se tiennent la main et que Foottit dit « unis, comme ça »)

Minutage séquence 2 : 33.49 → 36.42 (la scène débute quand Chocolat suit Foottit sur la scène non éclairée, Foottit une bougie à la main, et ne voit pas Chocolat et se termine quand Chocolat crie de douleur parce qu’il a reçu un coup de pied au derrière)

Après la vision de ces deux séquences, le formateur demande aux participants de répondre aux questions reprises ci-dessous.

Nous vous proposons deux formes d’animation pour cette activité.

1. Après chaque proposition le formateur invite les participants :

  • S’ils sont d’accord avec la proposition à se regrouper à un endroit de la pièce
  • S’ils ne sont pas d’accord à se regrouper dans un autre endroit de la pièce
  • S’ils n’ont pas d’opinion, ils ne se déplacent pas

Ou :

  • S’ils sont d’accord avec la proposition ils applaudissent
  • S’ils ne sont pas d’accord avec la proposition, ils tapent sur la table
  • S’ils n’ont pas d’opinion, ils ne font rien

Propositions :

  • Ça se passe en Belgique
  • Ca se passe en Afrique
  • C’est un numéro de cirque
  • Ça se passe maintenant
  • Ça s’est passé il y a longtemps
  • C’est un campement de gitans
  • Ce sont des artistes
  • Ils sont fâchés
  • On se moque du clown blanc
  • On se moque du clown noir

Activité 8 : rencontre avec Victor

On visionne une séquence où les personnages sont en prison, couchés par terre. Victor (le codétenu de Chocolat) adresse quelques mots à Chocolat.

Minutage : 51.30 → 51.50 (La séquence débute quand Victor met ses lunettes et dit « c’est l’artiste qui se fait botter le cul tous les soirs … » et ça se termine quand il « dors, il n’y a que ça qui soulage).

Après la vision de cette courte séquence le formateur demande aux participants d’imaginer ce qui a pu se passer dans la vie de Chocolat pour qu’il se retrouve en cellule :

  • Qu’est-ce qui s’est passé ?
  • Pourquoi il est en prison ?

Informations à donner au groupe avant d’aller voir le film :

  • le formateur expliquera aux participants que le film s’est largement inspiré de l’histoire vraie de Rafael, dit « Padilla ». (voir section approfondissements « qui était Chocolat »).
  • le formateur informera les participants que le film comporte quelques images très violentes, voire des images qui pourraient les heurter. Il invite les participants à dépasser leurs appréhensions, voire à détourner leur regard si certaines images leur sont insupportables, parce que c’est bien parce que le film en vaut la peine qu’il est programmé.

ON VA VOIR LE FILM

APRES LA VISION DU FILM

Activité 9 : travail sur les ressentis après la vision du film.

Télécharger les emojies pdf PDF - 740.9 ko

Télécharger la liste des émotions (languettes) PDF - 189 ko

Selon le niveau du groupe ; le formateur adaptera l’activité et y inclura un travail de vocabulaire en français et une recherche au dictionnaire de définitions.

Sur base de la liste ci-dessous reprenant à la fois le ressenti/l’émotion et son terme « générique », le formateur aura préparé des languettes reprenant sur une des faces de la languette l’émotion et au dos son nom :

  • J’ai été heureux, content, joyeux / le bonheur, la joie
  • J’ai été heureuse, contente, joyeuse / le bonheur, la joie
  • J’ai été angoissé / l’angoisse
  • J’ai été angoissée/l’angoisse
  • J’ai été stressé / le stress
  • J’ai été stressée / le stress
  • J’ai été inquiet / l’inquiétude
  • J’ai été inquiète/ l’inquiétude
  • J’ai été étonné/ l’étonnement
  • J’ai été étonnée / l’étonnement
  • J’ai été surpris / la surprise
  • J’ai été surprise / la surprise
  • J’ai été touché / la tendresse
  • J’ai été touchée/la tendresse
  • J’ai été fâché, furieux / la colère
  • J’ai été fâchée, furieuse / la colère
  • J’ai été énervé / l’énervement
  • J’ai été énervée / l’énervement
  • J’ai été contrarié/la contrariété
  • J’ai été contrariée / la contrariété
  • J’ai été triste/la tristesse, le chagrin
  • J’ai été déçu / la déception
  • J’ai été déçue / la déception
  • J’ai eu peur / la peur
  • J’ai eu honte/la honte
  • J’ai eu pitié/la pitié
  • J’ai été fier / la fierté
  • J’ai été fière / la fierté
  • j’ai admiré / l’admiration
  • j’ai été soulagé / le soulagement
  • j’ai été soulagée / le soulagement
  • j’ai été enthousiaste / l’enthousiasme
  • j’ai été impatient / l’impatience
  • j’ai été impatiente / l’impatience

Chaque participant tire au sort une ou plusieurs languette(s) et explique à quel moment du film il a ressenti l’émotion qui est reprise sur la languette qu’il a tirée au sort et pourquoi.

Pour les participants non lecteurs, les participants choisissent différents « émojis » disposés sur une table. Chacun explique ses choix.

Activité 10 : Retour sur des activités précédent la vision du film

Sur base des notes prises par le formateur, en grand groupe on vérifie les hypothèses émises avant d’avoir vu le film lors des activités 4, 5, 6 et 7.

Activité 11 : on se raconte le film

Télécharger le pdf reprenant les illustrations PDF - 2.7 Mo

A l’aide des images reprenant des moments clés du film, on se raconte le film.

  • Rencontre de Chocolat et de Foottit
  • Petit et grand cirque
  • La Première amoureuse de Chocolat
  • Dans la prison quand on essaie de le blanchir
  • Rencontre avec Victor
  • Chocolat clown dans hôpital
  • Chocolat devient célèbre
  • Chocolat se met à sortir dans des salles de jeu, à boire beaucoup d’alcool, à se droguer …
  • Chocolat veut devenir comédien de théâtre et interprète le rôle d’Othello (voir approfondissement ci-dessous)
  • Déclin ….

Activité 12 : à propos du contexte historique

Pour plus d’informations sur le contexte historique du film, voir la section « approfondissements, en bas de la fiche)

Télécharger le pdf des approfondissements sur le contexte historique

On visionne SANS SON la séquence du film où Chocolat visite l’exposition coloniale

Minutage : 1.04.02 → 1.05.53 (la séquence débute quand on voit le porche d’entrée « exposition coloniale – 18 territoires » et se termine quand Chocolat quitte le stand où il a été interpellé par le jeune homme et que sa compagne lui dit "viens, ne restons pas là, allez venez les enfants")

Travail en sous-groupes :

  • Imaginez ce que le jeune homme dit à Chocolat
  • Qu’est-ce que Chocolat aurait pu lui dire, aurait dû lui dire

Mise en commun en grand groupe.

Après le travail du groupe autour de cette séquence, le formateur lit la retranscription/traduction du dialogue :

- Le jeune homme indigène interpelle Chocolat et lui dit : « Monsieur, monsieur, monsieur…
-  Toi, tu es là-bas et moi ici ? Pourquoi ?
-  Tu es noir tout comme moi, pourquoi tu es là-bas et moi ici ?
-  Je te parle, pourquoi ne me réponds- tu pas ?
-  Toi, tu es noir et moi aussi, pourquoi moi je suis ici et pas de l’autre côté ? »
Silence de Chocolat…

Après la lecture de ce dialogue, le formateur invite les participants à travailler dans les mêmes sous-groupes une petite saynète reprenant un dialogue entre le jeune homme indigène et Chocolat.

Mise en commun en grand groupe : les sous-groupes jouent leur saynète.

A cette étape du travail autour du film, le formateur donnera aux participants quelques informations sur le contexte historique qui est en toile de fond du film. (voir section approfondissements « contexte historique »)

Télécharger les approfondissements sur le contexte historique en pdf

LE CONTEXTE HISTORIQUE EN BREF

LA CONFERENCE DE BERLIN
Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Conf%C3%A9rence_de_Berlin

La conférence de Berlin marqua l’organisation et la collaboration européenne pour le partage et la division de l’Afrique. Aussi connue comme la conférence de l’Afrique de l’Ouest, elle commença le 15 novembre 1884 à Berlin et finit le 26 février 1885. À l’initiative du Portugal et organisée par Bismarck, l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie, la Belgique, le Danemark, l’Empire ottoman, l’Espagne, la France, la Grande-Bretagne, l’Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la Russie, la Suède-Norvège ainsi que les États-Unis y participèrent. Une conférence antérieure fit commencer le débat sur la partition des Congo. La conférence de Berlin aboutit principalement à édicter les règles officielles de colonisation. L’impact direct sur les colonies fut une vague européenne de signature de traités.

COLONIALISME
Source : https://www.monde-diplomatique.fr/index/sujet/colonialisme

Le colonialisme est une idéologie, née au XIXe siècle en Europe, qui justifie la colonisation, c’est-à-dire l’exploitation de territoires par un Etat à son seul profit et à ceux de ses ressortissants installés sur ces territoires. Il est opposé au « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes » inscrit dans la Charte des Nations unies en 1945.
Le terme « colonialisme », péjoratif, a servi aux intellectuels du tiers-monde, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, à dénoncer les violations du droit des peuples colonisés à l’auto-détermination et à exiger leur souveraineté et la fin de l’ère des empires coloniaux (décolonisation).

ZOOS HUMAINS
Source : http://www.zooshumains.be/zoos-humains

« On ne naît pas raciste, on le devient »

« …Pendant près de cinq siècles, l’industrie de l’exhibition humaine va fasciner plus de 1 milliard 400 millions de visiteurs et va montrer en spectacle entre 30 et 35 000 figurants dans le monde entier. Ces mises en scène, premiers contacts visuels entre les cultures, ont tracé une frontière et une hiérarchie entre prétendus « civilisés » et prétendus « sauvages » dans les esprits en Occident… »
Pour en savoir plus sur le contexte historique, voir la section approfondissements.

Activité 13 : Pourquoi l’existence de zoos humains

Télécharger les illustrations de l’activité 13 en pdf PDF - 1.9 Mo

En un premier temps, en grand groupe on observe les différentes cartes géographiques représentant le découpage de l’Afrique à différentes époques de l’histoire et sous différents angles.

Les participants partagent leurs observations. Le formateur prend note des observations. Si nécessaire, il apporte des explications.

Ensuite, travail en sous-groupes.

Chaque sous-groupe dispose d’un jeu complet d’illustrations que le formateurs aura photocopiées et découpées. Ces illustrations représentent différentes expositions coloniales à différentes époques, et reprennent également des éléments d’informations pour chacune d’entre-elles.

Sur base des explications fournies par le formateur et de l’analyse des cartes géographiques, le formateur invite les participants à classer les illustrations chronologiquement et à constituer une ligne du temps des expositions coloniales et/ou universelles.

Activité 14 : Travail autour du contexte historique

Télécharger les approfondissements autour du contexte historique en pdf
PDF - 294 ko

A la suite de ces éléments à la fois d’observation et d’explicitation le formateur invitera les participants à commenter les questions suivantes :

  • A votre avis, quel était le but de ces expositions ?
  • Pourquoi l’existence de zoos humains dans ces expositions ?
  • Comment les Africains y étaient représentés ?
  • Selon vous, quand et pourquoi les zoos humains ont disparu des expositions coloniales/universelles ?

Activité 15 : retour à la définition du racisme

Télécharger les approfondissements autour du racisme en pdf
PDF - 560.3 ko

Le groupe revisite sa définition du racisme, la modifie suite aux différentes activités de la fiche.

Il la confronte avec d’autres définitions.

Selon le niveau de son groupe, le formateur sélectionnera celle(s) qui sont les plus appropriées. Il peut aussi avec un groupe lecteur, faire des recherches au dictionnaire.

Quelques définitions :

« Le racisme consiste à se méfier, et même à mépriser, des personnes ayant des caractéristiques physiques et culturelles différentes des nôtres ».

« C’est avoir un sentiment et un comportement de rejet à l’égard de quelqu’un qui ne lui a rien fait mais qui est différent de lui ».

« Le raciste a peur de l’étranger parce qu’il est ignorant. Il croit qu’il existe plusieurs races et considère la sienne comme la meilleure ».

Source : « le racisme expliqué à ma fille » Tahar Ben Jelloun

Croyance en la supériorité d’une race sur les autres qui conduit à mépriser les races différentes de la sienne.

Source : Le Robert Junior

Idéologie fondée sur la croyance qu’il existe une hiérarchie entre les groupes humains, les « races » ; comportement inspiré par cette idéologie. Attitude d’hostilité systématique à l’égard d’une catégorie déterminée de personnes.

Source : le Petit Larousse illustré

Activité 17 : en guise de conclusion

Quelques pistes pour conclure ce travail autour du film avec vos groupes :

  • Qu’est-ce que le film et les activités m’ont appris sur le racisme ?
  • Qu’est-ce qui a changé dans ma vision du racisme ?
  • Qu’est-ce que nous pouvons faire pour lutter contre le racisme ?
  • Que faire si je suis victime de discriminations ? quels sont mes droits ?

(si vous souhaitez approfondir ces questions, nous vous invitons à travailler
à partir des activités de la mallette pédagogique éditée par Lire et Ecrire en
Communauté française « toi, moi et tous les autres. Tissons le vivre ensemble)

Enfin, pour ceux qui le souhaitent, une petite fable contre le racisme.

Fable contre le racisme

Un rat nommé Cisme,
Personnage respectable,
Chasseur d’exorcismes,
Mi-moine et mi-notable
Avait, sur ses frères les rats,
Une influence bénéfique.
Il fut cependant témoin de cette histoire tragique :
Les rats, vous le savez, ont le poil plutôt noir ;
Et ceux dont je vous parle vivaient en un manoir,
En bonne intelligence des rongeurs du pays,
Mulots, musaraignes et mesdames les souris.
Jusqu’au jour où survint des confins de la terre,
De ces explorateurs qui franchissent monts et mers,
Une tribu de rats blancs pour fonder un comptoir.
Parmi tous ces rongeurs, dans les caves du manoir
Deux couleurs différentes ...la haine s’installa.
De la haine à la guerre...il n’y avait qu’un pas.
Il fut vite franchi...massacre épouvantable,
On en trouva partout...dans les lits, sous les tables.
Frère Cisme, de son trou, en personnage austère,
Ne voulait s’en mêler et préférait se taire.
Mais voyant à quel point cette guerre empirait
Décida d’un débat où chacun parlerait.
Il monta donc en chaire et fit taire l’assemblée,
Et pour montrer l’exemple, se mit à l’illustrer :
"Regardez donc mes frères, le contour de vos ombres,
Y voyez-vous des choses qui les différencient ?
Et sachez cependant que dans toutes vos tombes,
Pelage noir ou blanc de chaque rat est gris."
Le commerce des hommes comme celui des rats,
Aurait beaucoup besoin de ce rat Cisme là,
Qui, de quelques paroles de couleurs bien précises,
Ferait qu’à l’au-delà les guerres soient remises.

Olivier de Cornois

Source : http://lepotagerlitteraire.over-blog.com/pages/Fable_contre_le_racisme-4740394.html

Portfolio


Avec le soutien de :